Crime et météorologie

Publié le par Jérôme TASSI

     La problématique irréductible de la criminologie est de déterminer ce qui va pousser un individu, dans une situation donnée, à commettre un crime (entendu lato sensu comme toute infraction). Depuis près de 150 ans, de nombreuses causes ont été avancées. Parmi celles-ci, il est intéressant de s’interroger sur l’influence des conditions météorologiques sur le passage à l’acte criminel. Le bon sens – et chacun l’aura personnellement constaté – veut que l’humeur varie selon le temps qu’il fait. Existe-t- il une influence comparable sur la criminalité ?

 

      La criminologie, en tant que science, ne peut pas se satisfaire de simples impressions générales. Après avoir ét délaissé, le sujet est redevenu à la mode à partir des années 1970. Les premières études ont ainsi démontré une corrélation  entre le temps et le passage à l’acte.Il a été remarqué que les infractions contre les personnes sont plus courantes en cas de chaleur et de forte pollution. En revanche, la pluie est un facteur limitant du crime. Toutefois, le taux d’homicide varie peu en fonction de ces facteurs. Cela s’explique par la dangerosité intrinsèque du tueur, qui bien souvent, aura mûri son projet, commencé à préparer son forfait et prévu le moment idéal de commission. Le temps a donc pour les infractions les plus graves une influence minime sauf  conditions extrêmes. De même, les infractions contre les biens sont peu sujettes à variation suivant la météo ce qui peut s'expliquer en partie par la professionnalisation de ce type de délinquance.

 

     Une étude récente menée au Canada par Etienne Blais et Marc Ouimet apporte de précieuses informations (Revue internationale de criminologie et de police technique et scientifique, 4/03, p.397 ; cette étude aborde par ailleurs d’autres facteurs qui feront l’objet d’articles ultérieurs). Ces auteurs ont analysé quotidiennement de 1995 à 1998 les statistiques criminelles selon 6 variables (pluie, ensoleillement, température…). L’influence de ces facteurs est analysée pour les voies de fait (en bref, les violences), les agressions sexuelles et les violences conjugales. Les résultats les plus significatifs sont les suivants :

 

-         la température maximale de la journée est la variable la plus déterminante. Elle entretient une forte relation avec les voies de fait et, dans une moindre mesure, avec les agressions sexuelles et les violences conjugales. Les crimes sont donc commis en priorité aux moments les plus chauds de la journée. Contrairement donc aux idées reçues, ce n’est pas la nuit qui est le moment le plus exposé pour une victime potentielle. Cette influence se vérifie aussi bien au mois de janvier qu’au mois d’août dans des proportions similaires.

-         la pluie et le vent permettent de réduire le taux de criminalité

-         la neige a un effet réducteur surtout pour les violences conjugales

-         les taux d’ensoleillement et d’humidité ont un impact relativement important sur les agressions sexuelles uniquement

 

        En conclusion, il est possible d’affirmer qu’il existe une corrélation certaine entre la météorologie et la criminalité. Néanmoins, comme le notent MM. Blais et Ouimet, beaucoup de questions restent en suspens notamment l’explication de l’interaction entre les conditions météo, la structure des activités routinières (théorie selon laquelle nos activités quotidiennes, nos déplacements et fréquentations font varier la capacité criminelle) et le passage à l’acte ou la victimisation.

Publié dans Criminologie

Commenter cet article

Alami mehdi 19/06/2007 18:29

Anthropologie et archeologie.
Etude de cas : la tribu de khmis-zemmamra, du haouz bourreaux de la délégation provençiale casablanca Maroc.

L'archéologie développe de plus en plus fréquemment une approche globale, dans laquelle toutes les facettes du milieu et de son évolution sont prises en compte. Cette approche implique la collaboration de plusieurs disciplines (écologie humaine, géologie, pédologie, botanique, palynologie, géographie, anthropologie, histoire, linguistique, archéozoologie...) et la mobilisation de sources très diverses (sols, micro- et macro-restes organiques et minéraux, cartes anciennes, photos aériennes, documents écrits et iconographiques, lexiques, toponymes...). Sans pour autant négliger l'espace rural, plusieurs programmes de recherche menés par le CReA ont pour cible principale l'exploration de villes. Délimitation de l'espace urbain, implantation des différents quartiers, développement des activités artisanales ou commerciales, distribution de l'eau, insertion des symboles et marques du pouvoir dans le paysage de la ville, rythmes de développement de l'habitat sont autant de questions qui constituent les principaux axes de recherche de plusieurs équipes.
 

Une archéologie des pratiques
 
A travers ce qu'on a appelé la « culture matérielle », l'archéologie s'efforce de reconnaître et d'interpréter certaines activités sociales, économiques ou symboliques. Plusieurs programmes s'attachent ainsi à examiner les rapports spécifiques qu'entretiennent faciès culturels, langues et organisation sociale. D'autres 'consacrés surtout à la céramique' concernent le débat qui anime l'histoire économique, entre histoire quantitative et schémas interprétatifs. Principale source de renouvellement des matériaux historiques, l'archéologie est en effet indispensable à l'appréciation correcte des contextes. En dépassant la simple collecte des documents et la traditionnelle typologie aux fins essentiellement chronologiques, on tend ainsi à proposer une lecture des systèmes de production et d'échanges des biens matériels au cours du temps. Une attention particulière ira aussi aux domaines cultuels et funéraires, dont on tente de caractériser les pratiques et d'évaluer le rôle dans le fonctionnement des sociétés qui les ont produites. Une acheologie discursive .
 
Nous avons étudier à distance par questionnaire et analyse de situation , le cas de la tribu de khmis-zemmara et du Haouz pour qui on a conclu que le paysage désértique où la faune et la flore jadis primitifs etait le pays où vivait le dinosaure, et à la délégation provençiale on a découvert un abominable homme-dinosaure téléguidé par caméra numérique et télécommandé par ordinateur le tout branché sur son systéme nerveux et sur celui de ses victimes à distance s'adonnait au crime horrible par arme scalaire , comprésseur à flux magnétique et se nomme Othmani ou l'assassin des carriéres centrales qui s'attaque aux hommes d'Etat, au service de renseignement, aux universitaires et journalistes et se prépare actuellement à un coup d'Etat contre SAM le roi Mohammed VI.
 

Ces criminels ne sont pas encore découverts par les autorités marocaines.

Alami mehdi 19/06/2007 18:26

L'étude du cas du criminel Othmani , l'assassin des carriéres centrales peut etre analysé comme suit :
Nous avons utiliser les concepts suivants:
 

Processus scientifique : Le processus d'analyse génétique utilisé par l'analyse à distance par entretien des données génétiques n'examine qu'un petit segment du plan génétique entier qui encode des éxpréssions orales et comportements animaux déduisant des structures probables anonymes d'ADN. À l'exception de la possibilité de déterminer le sexe, il est impossible d'établir un lien entre ces segments d'ADN et des caractéristiques physiques ou médicales. neanmoins la criminologie étudiée sous son aspect médical nous pérmet une certaine inference statistique à par d'echantillon ainsi que la théorie de l'echantillonage nous permet d'avoir des résultats fiables constituant les éléments du crimes selon les articles de la cour internationale de justice (article 6,7,8,22 et paragraphes 2 et 3 de l'article 8).
 

Méthodologie : Les données génétiques et personnelles sont analysées séparément. L'analyse des données et les informations juridiques et renseignements et sur la base de données génétiques conserve les profils génétiques et l'échantillon biologique original, mais les renseignements personnels et la série de questionnaires des condamnés sont conservées par les Services d'information sur les casiers judiciaires et à partir des publications et journaux nationaux et internationaux conformément à des dispositions strictes en matière de sécurité et d'affaires faisant objet de déclarations officielles et privées.
 

Paramètres physiques : Il est impossible pour une personne sans connaissances approfondies de comprendre les données génétiques et de consulter ou d'extraire des données à distance Afin de pouvoir interpréter les données, il faut avoir des connaissances spécialisées. Pour relier les données génétiques à une personne, il faut avoir accès à deux bases de données distinctes et protégées, conservées dans plusieurs endroits différents, mais l'informatique le permet.
 
Juridique : La Loi prévoit des sanctions pénales pour l'utilisation non autorisée des données génétiques ou des échantillons.
 

L'analyse de données génétiques vise à fournir un outil d'enquête sans précédent qui permettra aux policiers d'établir des liens entre les lieux de crimes dans différentes juridictions et d'appréhender les contrevenants en série et les récidivistes. Elle peut aussi contribuer à resserrer l'enquête en éliminant les suspects dont le profil figure déjà dans les études de données génétiques sans prélevement mais à distance lors de seances psychiatriques et d'nalyse de comportement et innocenter des personnes accusées à tort par ceux utilisant la fraude assistée par ordinateur visant à transferer et transformer biologiquement le corps et le systéme nerveux des victimes par matériel émanant ondes radio, laser, magnétisme et muni de caméra numérique le tout branché sur le systéme nerveux de la victime et du bourreau, d'autant plus que ce derniér est un primates à impulsions bio-anthropoides criminelles et subversives compléxés de la region de khmis-zemmamra, tribu barbares s'adonnant à l'endo-cannibalisme et exo-cannibalisme au 20° siecle, déscendant des hommes des cavérnes des regions où vivaient les dinosaure au sud du Maroc. En réduisant le nombre de suspects et en établissant des liens entre les crimes dès les premières étapes de l'enquête ou en identifiant des suspects, l'analyse de données génétiques devrait permettre de réduire la durée et la gravité de plusieurs enquêtes. De plus, en établissant avec plus de précision l'identité des suspects, elle pourrait réduire la durée et, par conséquent, l'envergure du procés allant du crime contre l'humanité, de la subversion politique, de la corruption administrative, de l'organisation criminelle secrete, de la vente d'organes et huiles humaines et de la vente de drogues et augmenter les chances de condamnation .
 

Ces élements sont constatés sur les bourreaux de la délégation provençiale hay mohammadi et casa-anfa, lieux de refuge de l'éxtreme gauche et de la phalange sioniste subversifs contre rabat et se cachant dérriére le voile de l'administration, il s'agit des nommés Senhaji abdelaal, Zemmrani mohamed, Zemmrani Adnane, Senhaji abdelwahid, hmmsi abdelghafar et des trés dangereux Othmani et raoul yacoubi, ce dérnier est recherché par Interpol pour crimes commis en Allemagne, en France,En tanzanie et au Maroc. et est accusé d'avoir introduit l'arme scalaire, comprésseur à flux magnétique au Maroc sur plan élaboré par Amos yadlin de tel-aviv pour commettre plusieurs coups d'Etat et complots contre la monarchie de Rabat.
 
site : arme haaarp : www.syti.net/silent/weapons.html.
 
voir l'article du journal alquds paru en Angleterre sous le titre " le maroc fait ses adieux à la démocratie"
 
voir le film marocain "Zeft" de Taib seddiki et Abdallah Stouky
 
voir le film marocain " le gouverneur de l'ile de chekerbekrben" de Nabil Lahlou.

Clic 10/11/2006 23:51

Blog tout à fait intéressant. Mais je suis en profond désaccord sur votre présentation du meurtre. La plupart des meurtres ne sont pas prémédités, pour ce que j'ai pu lire. Mucchielli a fait un récent travail là dessus, mais je ne l'ai plus en tête. Plus intéressant, le premier chapitre de l'ouvrage de Jack Katz "seductions of crime", traduit dans les actes de la recherche en science sociale sous le titre "le droit de tuer".