Qui commentera la Doctrine?

Publié le par Jérôme TASSI

Le rôle de la doctrine est de réfléchir, commenter et critiquer le Droit et notamment la jurisprudence. Cependant très souvent, cette dernière n’est pas très claire elle-même. En voici un exemple dans une chronique publiée au Dalloz (1970, p.122) par l’excellent Bernard Edelman à propos du droit à l’image :

 

 « Si l’image –pour ne prendre qu’elle- est un attribut de la personnalité, qu’est ce que la personnalité qui a des attributs ? Précisément, la définition du sujet doit se comprendre comme l’apparition d’un sujet-attributs. Autrement dit, le sujet apparaît dans le rapport personnalité-attributs, et ce rapport lui-même est la Forme du sujet.

 Mais si l’on examine le concept qui préside à ce rapport, le droit ne donne comme n’étant rien d’autre que la volonté (consentement). On serait tenté de dire, alors, que le sujet de droit est un sujet sui veut. Mais, précisément, la volonté renvoie au sujet, et le sujet à la volonté ; le sujet est volonté , et la volonté faite sujet. Mais quelle forme va revêtir cette volonté ? On peut dire alors que le sujet est volonté, mais une volonté qui appréhende un monde réifié. La volonté renvoie elle-même à des rapports qui la déterminent – et qui lui donnent en dernière instance son contenu – en tant qu’elle apparaît sous la Forme de la « réification ». Autrement dit, la forme même d’un sujet qui ne se définit que par des attributs permet au sujet, qui possède ainsi la libre propriété de soi, de vendre ses attributs. Partant de là, la volonté du sujet ne peut être que la volonté de se vendre ou ne pas se vendre. »

 

 Et dire que certains praticiens reprochent à la doctrine juridique d’être une peu théorique…

Publié dans Généralités

Commenter cet article