Aperçu historique de la mafia sicilienne

Publié le par Jérôme TASSI

MAFIA, le terme a été généralisé aux formes les plus développées de criminalité organisée. Pourtant au sens strict, il ne désigne que le système mafieux sicilien. L’étymologie permet difficilement d’en comprendre l’origine. Sans prétendre être exhaustif, les thèses les plus vraisemblables sont d’une part celle qui défend l’hypothèse du sigle « Morte Alla Francia Italia Anela ». Ces initiales seraient le symbole de la résistance sicilienne à l’invasion de la maison d’Anjou (Plantagenêt) au XIIIème siècle ce qui expliquerait la référence aux français. D’autre part, des historiens soutiennent qu’il s’agirait d’une déformation de termes arabes, des musulmans ayant occupé l’île jusqu’au XIème siècle. Les mots en question pourraient être mahfal (assemblée), mahyas (protéger, défendre) ou encore mu’afak (protection des pauvres). Quoiqu’il en soit, l’usage du mot se généralise au cours du XIXème siècle. Bien qu’il semble que la corruption et le banditisme aient été monnaie courante dans la région, c’est avec la construction de l’unité italienne que l’organisation se structure.

 

 

 

            L’histoire sicilienne a pendant des siècles été perturbée par les invasions, sa situation géographique la plaçant au carrefour des voies maritimes en Méditerranée. Ce passé a fortement marqué les esprits et les siciliens aspirent à la liberté et l’indépendance. En 1861, avec la naissance de l’Etat italien, la Sicile se retrouve davantage pressurée fiscalement que sous le règne précédent Bourbons, les investissements et les réformes agraires se faisant attendre. Tout cela explique la défiance vis-à-vis du pouvoir central et le terreau favorable à la formation d’une société criminelle organisée. Plutôt que de se référer à l’Etat naissant, la population locale va s’adresser à un « système parallèle d’autorité » selon l’expression de Mme Mallard. Très tôt, la Mafia va infiltrer le pouvoir politique en « faisant » toutes les élections locales, tous les élus importants sont autorisés par la mafia et ainsi les rouages de l’Etat sont parasités au niveau local. Ce système perdure encore largement aujourd’hui. Le pouvoir des mafiosi est sans conteste jusqu’au régime mussolinien. Le dictateur italien veut en finir avec ce pouvoir local qui contrecarre sa soif d’autorité. Il envoie en Sicile le préfet Cesare Mori qui, à l’aide des miliciens fascistes, mène la première grande lutte contre le crime organisé. Les effets sont cependant limités par l’arrivée de la seconde guerre mondiale et par l’affiliation au mouvement fasciste de grandes familles siciliennes.

 

 

 

Chose peu connue, le crime organisé va jouer un rôle non négligeable dans la victoire alliée, du moins dans la libération de l’Italie. Entre en scène le fameux mafieux Lucky Luciano. Né à Corleone (Sicile) en 1896, il émigre aux Etats-Unis à l’âge de 10 ans avant de fonder dans les années 20-30 Cosa Nostra américaine, unifiant les différentes familles (nom que prendra ultérieurement la mafia sicilienne et pas l’inverse contrairement à une idée répandue). Il est condamné en 1936 pour fraude fiscale à une peine de 50  ans de réclusion. Mais pour faciliter le débarquement américain en Sicile, les autorités militaires font appel à lui et sur ces conseils, les mafieux locaux fournissent de nombreuses informations aux alliés et hébergent des espions. Pour services rendus, Luciano sera libéré sur parole avant d’être extradé en 1949 en Italie. Il séjournera à Naples d’où il continuera à diriger ses trafics notamment la drogue expédiée vers les Etats-Unis. En 1957, les principaux chefs des mafias siciliennes et américaines se retrouvent à Parlerme  sans que les forces de l’ordre n’interviennent. De ce sommet découle la nouvelle organisation du trafic transatlantique de stupéfiants et la répartition des tâches entre les familles. Luciano meurt en 1962 et s’ouvre la première guerre mafieuse pour la conquête du pouvoir .en Sicile. Pour faire simple, cette lutte fratricide va voir le clan des Corléonais l’emporter. Depuis la victoire de Luciano Liggio, cette emprise s’est manifestée par l’avènement de Toto Riina auquel a succédé Bernardo Provenzano en 1993. Ce dernier récemment arrêté par la police a fait la une de tous les journaux qui y voient un coup dur porté à l’organisation. On ne peut que saluer cette arrestation d’un vieillard, malade et isolé après 40 ans de cavale qui se cachait près du village où il est né ! Certains supposent déjà qu’il aurait été « balancé » par des rivaux qui voulaient en finir avec la gestion quelque peu archaïque de Provenzano. A ceux qui y voient une tête pensante de l’organisation, je citerais Lucciano Liggio, son ancien parrain, qui aurait dit de lui qu’il « tire comme un dieu, dommage qu’il ait un cerveau de poulet ». Son probable successeur devrait être Mateo Messina Denaro en fuite depuis 1993.

 

 

 

Depuis 20 ans, l’Etat italien essaie par tous les moyens de rétablir un Etat de droit en Sicile. Suite aux révélations des premiers repentis (brisant la traditionnelle omerta), le « maxi-procès » de Palerme s’ouvre en 1986. 475 mafiosi comparaissent (sur plus de 800 prévenus) et l’acte d’accusation comporte  8 607 pages concernant une centaine d’homicides. Le coup est dur pour la mafia mais la vengeance sera terrible et sanglante. En 1992, les juges Falcone et Borsellino sont tués dans deux attentats spectaculaires faisant plus d’une dizaine de morts. Le chef de la cellule anti-racket de Catane est également abattu. Depuis l’opération « Mains propres » aurait assaini le climat politique et Cosa Nostra se ferait plus discrète limitant notamment les homicides. (Pour plus de détails sur l’histoire de la mafia, il est utile  de lire entre autres Histoire de la mafia, par Salvatore Lupo, aux éditions Flammarion).

Publié dans Criminologie

Commenter cet article

anonyme 30/03/2010 20:50



moi si tu veux j' ai une histoire de fou pour toi.


 


meme la télé ma proposé 12 000 euro pour mon histoire, j' ai recu une nouvelle identité et j' ai eu contact avec l' interpol


 


j' ai connu francesco di boille, le plus grand mafieu du monde apres messina et al capone.


 


si tu veux, contacte moi



Nono 16/12/2009 16:44


Bonjour,
Malheureusement la Mafia sicilienne et la mentalité sicilienne elle même remonte trop loin dans le temps pour qu'elle soit comprise aisément. C'est une pieuvre, si gluante qu'on a du mal à la tenir
dans les mains pour avoir le temps de l'analyser. La mentalité sicilienne touche à son histoire très mouvementée depuis 2000 ans. Ce mélange de culture en a fait une particularité toute
particulière.
Mais on peut remonter la création de la mafia au début de l'unité italienne, 1860! C'est là, à ce moment crucial que la Mafia est née, et dans la douleur, dans les environs de Palerme et les champs
de citrons tenus par de grands propriétaires terriens. Les mafias locales intronisaient les gardiens de ces champs pour avoir la main mise sur les champs de citron. Le sang a commencé à couler...la
Mafia s'est structurée et s'en ait prit directement aux propriétaires en les menaçant s'ils ne payait pas le "DON" du coin pour la protection de ce même propriétaire!
Depuis ce temps, la Mafia a toujours fonctionné de la même manière, dans tous les domaines.
Les mouvements "rouges" de l'époque et les mouvements fascistes de la seconde guerre mondiale ont aussi modelé la Mafia et joué un rôle historique sur ce point de vue.
La Mafia est passé du "Pizzo" et du contole de certains champs ou quartiers, aux casinos, passant ensuite par la drogue et jusqu'à l'immobilier. Tout cela en ayant un pouvoir de dissuasion sur le
Politique et la Justice. Elle a su évoluer avec son temps tout en gardant les mêmes principes: régner par la terreur sur un peuple extraordinaire!


Le Tallec 06/03/2009 22:57

Bonjour, Comme les autres j'ais décidé de faire mon TPE sur la Cosa Nostra la problématique étant: Comment la Cosa Nostra remet elle en cause le pouvoir formel et quelle résistance ya t'il face à cette mafia?Je serais très heureux de recevoir de l'aide de votre part.Mon adresse : crickcrack@hotmail.fr

benoit 29/10/2008 15:08

Bonjour, je suis dans le meme cas que certains élèves de premières Es; j'ai choisi de parler pour mes tpe de la mafia comme une société traditionnelle mais à la fois d'une mafia comme société à part entière!serait-il éventuellement possible de me donner des informations sur ce sujet ou des sites qui traitent de mon sujet!je vous remercie

laura 23/10/2008 09:24

bonjour je fais aussi un tpe sur cosa nostra, si vous avez des in fos pour m'aider envoyer les moi à mon adresse svp!!!